23/07/2005

O sole bio

BOLIK - Attention O.M.N.I. !
(objet musical non identifié)

Bolik, c'est pas la révolution, mais leur musique réunit bel et bien toutes les conditions d'une joyeuse anarchie. Après un premier EP baptisé Les Militants, et la tournée des barricades, Bolik reviennent avec un nouveau 4 titres, Old Wave, détonant cocktail de générosité et d'impertinence, qui se conclut sur un air de « ça ira », et annonce une rentrée mouvementée pour tout ceux qui s'apprêtent à les découvrir en concert, sur leur planète.

A l'invariable question « Quelle musique jouez-vous? », Bolik répondent en choeur « La nôtre ! ». Karnaval rock, post roots, punk psychédélique, tarabisco-pop, difficile de coller une étiquette convenable à un groupe qui s'en donne à coeur joie, chanson après chanson, pour décloisonner les genres et donner libre cours à l'univers singulier qui est le leur.

L'aventure commence lors d'un concert de Mercury Rev, qui scelle la rencontre entre les cinq musiciens qui vont devenir Bolik. François Doreau (aka Witold Bolik), auteur-compositeur, partisan de Robert Wyatt et Pascal Comelade, s'est entouré de musiciens qui, sans s'encombrer d'un lourd bagage technique, manifestent vite de troubles penchants poly-instrumentistes diablement propices au partage et à la mise en son collective d'un monde
intérieur luxuriant.

Premières répétitions au fond d'une cave (2002), premiers concerts (2003), première expérience en studio (2004), Bolik se forgent un style et un son qui déroutent. Leur répertoire s'étoffe et surprend, d'abord comme une curiosité, pour ensuite révéler une écriture riche et détachée, et finalement convaincre qu'avec Bolik, tout devient possible, du brûlot punk de 50 secondes (oui mais avec 27 accords) à l'hypnose de longues plages improvisées (oui mais sans solos), en passant par d'efficaces petits joyaux pop, des slows volontiers bruitistiques ou du Björk revisité. Et plus personne n'a peur du monstre bolikien. Au contraire, on en redemande.

Après une première apparition remarquée au Gurufest (Belgique) l'an passé, aux côtés des incandescents Nietzsche, Bolik se produisent à l'invitation du collectif bruxellois Taxi-Brousse en tête d'affiche de leur soirée au théâtre Mercelis (avril 2005). Un an après leur première partie des copains branleurs de La Position du Tireur Couché (signés depuis chez Naïve) et des ricains DIY de Party of One, Bolik ouvrent pour Tahiti 80 dans une Coopérative de Mai au climat tropical (mai 2005). En juin, ils rejoignent la tournée et la compilation du Megafouchtramix, légendaire marathon qui rassemblent près de 15 groupes phares de la scène locale.

Old Wave est le fruit de ce labeur si sain, qui adoucit les moeurs et fait enrager les voisins. Le titre éponyme Old Wave ainsi que le débonnaire Rebel Without a Kolkhoze ont été enregistrés et mixés en studio mobile, à l'occasion d'une résidence à la très belle MJC de Montluçon. Roman de Gare a été capté en direct lors d'une session acoustique radiophonique pour l'émission Playtime. Un quatorze juillet est un extrait de concert au club de La Coopé. Le tout donne un aperçu pertinent de l'âme bolikienne, qui ne demande qu'à s'ébattre sur scène, ici, là-bas, ailleurs, partout, avec beaucoup d'amour de la musique.

Diabolikement vôtre,

Witold, Frantz, Greg, François & Lorenzo Bolik

c/o T.T.T., 20 rue des gras, 63000 Clermont-Ferrand, France (+33.473 36 91
46)

bolik.el-grupo(at)laposte.net / http://bolik.skynetblogs.be

21:27 Écrit par Un bolik | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |